[CRITIQUE] « PADDINGTON 2 »,

On avait adopté Paddington au cinéma à sa sortie (il y 3 ans), et sa récente diffusion à la télé, nous avait confirmé que le premier épisode était une réussite totale.

Paddington revient pour de nouvelles aventures. Ce second opus se situe après le premier, et Paddington a trouvé sa place dans la famille Brown mais aussi dans la ville de Londres. Son optimisme et sa gentillesse sont communicatifs, et tous les êtres (humains et canins !) qui le côtoient en ressentent les effets positifs.

Jusqu’au jour, où la police l’accuse (injustement) d’un vol, et Paddington se retrouve en prison !

Ajouter à  cette histoire, un méchant campé par Hugh Grant tout en autodérision et déguisements, un casting de second rôle très pertinent (Jim Broadbent et Brendan Gleeson déjà vus dans la saga Harry Potter) et vous avez une partie de la recette d’un film réussi.

L’autre partie de la recette, c’est la mise en image de l’histoire, et comme dans le premier épisode, c’est magique ! Le film baigne dans une image de carte postale, dans l’esprit de l’objet au centre de l’histoire, un livre pop-up sur Londres (qui est l’objet d’une très belle scène avec la tante de Paddington). Certaines scènes dans la prison (celle avec la maquette par exemple) sont des bijoux d’inventivité et de réalisation. Quand le réalisateur,Paul King, cite Demy, Jeunet comme référence, on comprend pourquoi (on a vu aussi une citation de Godard/Belmondo et de Pierrot le Fou !)

L’animation de Paddington est une belle prouesse aussi et contribue grandement à la réussite du film. Certaines scènes jouent avec la fourrure de l’ourson, et c’est superbe !

Quant à l’histoire, elle est simple, assez linéaire, et donc accessible aux plus jeunes (le film est visible dès 5 ans). On sait que cela va bien se terminer, là n’est pas la question. Mais l’histoire est parsemée de touches de poésie visuelle qui font qu’elle prend une autre valeur pour les adultes, à qui le film est aussi adressé !

On vous conseille fortement Paddington 2 en famille ! Et en famille format XXL, avec jeunes enfants et grands-parents ! L’intergénérationnel est un thème du film, et il serait dommage de ne le partager avec Paddington.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s