Notre avis sur « Ta Mort en Short(s) »

Des courts-métrages sur le thème de la mort

On aime beaucoup les programmes de courts-métrages. Les thèmes abordés sont souvent riches et surtout c’est toujours l’occasion de découvrir des graphismes différents. Le 31/10, « Ta Mort en Short(s) » sort au cinéma.

Pépé le Morse de Lucrèce Andreae

Les 2 sœurs de « Pépé le Morse » (sans leur portable)

« Ta Mort en Short(s) » c’est donc des films d’animations autour du thème de la mort. 54 minutes de programme avec 6 courts-métrages. Tous sont différents par leur manière d’aborder la mort et aussi par les techniques graphiques retenues.

Nous vous conseillons fortement ce programme. A partir de 11 ans d’une manière générale. Si le thème de la mort est présent pour chacun, à chaque fois c’est une mort différente qui est abordée. On y trouve le deuil accepté ou non, la préparation à la mort, l’injustice de la mort des enfants…

Les courts-métrages se font écho et l’ensemble est très cohérent. Et graphiquement, c’est d’une diversité superbe !

Autant vous dire qu’après de tels films, vos enfants et vous pourront aborder ce sujet de manière plus naturelle, ou avoir des références communes facilement partageables.

Voici notre avis sur les 6 courts-métrages :

Pépé Le Morse

Le premier film est un morceau de choix. C’est le plus long de la sélection (15 minutes). Et  il est connu : oui il s’agit bien du César du court-métrage d’animation 2018. Récompense largement méritée.

La réalisatrice, Lucrèce Andreae, suit une famille après l’incinération du grand-père, qui aimait aller sur la plage fumer des cigarettes…

Le graphisme est superbe ! Et suivre les 6 membres de cette famille, c’est voir 6 manières de vivre le deuil, 6 manières de réagir face à la tristesse.

Bastien a beaucoup aimé, le film faisant intervenir le surnaturel de manière naturelle, sans peur ou dégoût. Les enfants n’ont pas de mal à s’identifier, entre les deux filles déjà ado, et leur frère pré-ado.

Pépé le Morse césar 2018

La plage, lieu unique de « Pépé Le Morse »

Le film est superbe, avec une morale positive et qui aborde frontalement les différentes manières d’affronter une mort d’un membre de la famille.

Mon Papi s’est Caché

Changement graphique radical, le film est réalisé en pastels. Et c’est là que l’on se rend compte que Bastien a maintenant des cours d’arts plastiques en 6ème, il a tout de suite reconnu la technique !

Le film est fait de dialogues entre un grand-père et son petit fils. Le premier explique au second qu’il va un jour mourir et qu’il faudra alors prendre soin de son jardin. L’enfant réagit avec ses mots, et souvent les dialogues font sourire.

Le film parle intelligemment de la préparation des plus jeunes à la mort des plus anciens. Et surtout il montre les bienfaits de ces dialogues.

Bastien a trouvé le film joli (il est dans sa période pastels !) et a aimé la douceur qu’il s’en dégage.

Anne Huynh a réalisé "Mon Papi s'est caché"

La complicité Grand-Parent / petits-enfants est au centre de « Mon Papi s’est caché »

Le film est bien écrit avec des dialogues très beaux sur la mort prochaine. C’est un bel exemple de ce qu’il est si souvent difficile de faire dans la vraie vie !

La Petite Marchande d’Allumettes

La technique utilisée saute aux yeux dès le début : du papier découpé et des marionnettes. C’est beau !

Le conte est adapté fidèlement, donc pas de fin heureuse…

La marchande aux allumettes dessin

Les passants passent sans voir la marchande…

De jolis thèmes mais qui échappent peut-être à la première vision pour les plus jeunes ou alors il faut attirer leur attention pendant la vision du film. Par exemple l’indifférence des passants, dont on ne voit que des silhouettes noires.

Papier découpé et patience !

Techniques très particulières pour ce court-métrage « La Petite Marchande d’Allumettes »

Moins de surprise qu’avec les autres courts-métrages, l’adaptation ne réservant pas de surprise pour l’histoire. Mais graphiquement c’est réussi, avec un noir et blanc qui vient encore ajouter à la tristesse de l’ensemble.

Chroniques de la Poisse

La poisse est un homme à tête de poisson (encore une occasion de réviser le thème du monstre vu en 6ème…) qui n’a pas de chance et qui porte malheur aux autres et au hasard.

Le court-métrage est plutôt drôle, rappelant que la mort (ou la malchance) ne choisit pas ses victimes. Une sorte d’égalité de traitement qui change de la vie quotidienne en société.

Chroniques de la Poisse de Osman Cerfon

La poisse suit notre héros (c’est la petite bulle sur sa tête)

Bastien a bien aimé, a souri pas mal. Le film est bien placé dans le programme après la petite marchande. Attention, il est aussi surprenant par son aspect gore très cartoonesque.

Mamie

On retrouve le thème de la famille et de la mort des plus vieux (c’est donc le troisième court-métrage sur ce thème).

Mais le thème abordé est plus l’absence de vraies relations entre les générations, entre grands-parents et petits-enfants. C’est le contre-pied du court « Mon Papi s’est Caché ». Et c’est bien vu !

Chacun y apportera son expérience de vie à la vision de ces courts-métrages. Certains se reconnaîtront plus dans les relations faciles et belles dans les familles, d’autres se retrouveront dans ces relations compliquées et âpres.

Et c’est pour cela que l’on aime les sélections de courts !

Mamie qui n'aime pas ses petits enfants ?

Une mamie pas si mamie « gâteaux » !

C’est le court auquel Bastien a le moins accroché. Je trouve que c’est un beau contre-point à « Mon Papi s’est caché » et sa place dans le programme est vraiment justifiée. Mais les thèmes développés sont plus arides ce qui explique surement que Bastien a peu aimé.

Los Dias de Los Muertos

Visuellement différent de tous les autres,ce court est réalisé à l’ordinateur. Beaucoup de couleurs et une ambiance « mexicaine » bien rendue.

Depuis « Coco » (de Disney) ce jour des morts est vite associé à la musique, à la guitare et à la fête. Ce sont des éléments que l’on retrouve dès les premières secondes dans « Los Dias de Los Muertos ».

Le jour des morts (et de la bouffe !)

Petite discussion entre morts !

Les thèmes développés sont très intéressants notamment celui de la culpabilité. Le court prend le temps de le développer tout en montrant que la vie continue (sous l’œil des morts).

Bastien a bien aimé ce court visuellement drôle avec ses morts qui ne font pas peur.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :